Look for a sales shop

Danyel Waro

Add Danyel Waro to my alerts

Agriculteur, luthier, militant, paysan chanteur, Danyel Waro est l’âme du maloya réunionnais. Le maloya, cette musique d’esclaves africains, liée à l’origine au culte des ancêtres dans la communauté des Kaf, représente l’identité métisse de la Réunion au même titre que le créole, langue que le chanteur défend farouchement depuis son plus jeune âge.

Danyel Waro a découvert sa musique en écoutant les grands anciens comme Granmoun Lélé ou Firmin Viry durant les rites sacrés des Kabarés. Il rejoindra le groupe de ce dernier dans les années 70. A cette époque, le maloya est encore interdit par le gouvernement français, ce sont les mouvements autonomistes, en tête le Parti Communiste de l’île, qui poussent à jouer cette musique pour témoigner de l’insoumission au pouvoir colonialiste. Danyel Waro sera même enfermé deux années à la prison de Rennes pour avoir refusé d’effectuer son service militaire. Une période qu’il consacrera en partie à l’écriture de textes en créole parus sous le nom de « Romans ékri dan la zol an frans ». Même s’il chante depuis longtemps, ce n’est qu’à la fin des années 80 que ce fils de coupeur de cannes sort son premier disque.

Pour le troisième « Foutan Fonkèr », en 1999, il reçoit un prix de l’Académie Charles Cros. S’en suivront trois autres albums et de nombreux concerts autour du monde. A l’image de son île, Danyel Waro, adepte du mélange, a multiplié les rencontres musicales avec les gnaouas d’Essaouira, Titi Robin ou encore avec l’harmoniciste Olivier Ker Ourio.

Artist actuality